Manager, c’est servir ! Les étudiants de l’EMD donnent du sens à leur carrière

Propos recueillis par Bérengère Dommaigné – Journaliste Aleteia

L’école de commerce marseillaise, l’EMD, offre à ses étudiants la possibilité de se former au management et au monde de l’entreprise sans jamais oublier l’humain et le service de l’autre. Coline et Martin, deux étudiants de l’établissement en témoignent.

"Manager c’est servir", voilà la devise d’une école de commerce pas comme les autres, l’EMD. Elle accueille au sein de son campus, des étudiants en quête de sens et d’unité de vie. En plus d’un parcours universitaire exigeant, avec des cours tels que la communication, la gestion financière et les techniques de vente, et des stages, l’école demande aux jeunes de s’engager bénévolement dans une association de leur choix. S’ouvrir aux autres, se responsabiliser, former sa conscience professionnelle, mieux se connaître et gagner en confiance en soi, voilà le programme qu’offre l’EMD. Et ce ne sont pas que de beaux idéaux mais bel et bien une réalité dont Coline, 24 ans et Martin, 22 ans, respectivement en 4ème et 5ème année à l’EMD, se réjouissent.

Coline, 24 ans, étudiante à l’EMD.

À seulement 24 ans, Coline entame déjà une reconversion professionnelle. Il y a encore quelques mois, elle était infirmière. Elle a intégré directement l’EMD en 3ème année, en septembre 2020. Elle est aujourd’hui en 4ème année en alternance : “Alors que ma vocation première était de soigner les gens, j’ai souffert d’une mauvaise gestion du personnel.” nous raconte-t-elle, déçue par cette première expérience alors qu’elle a toujours voulu donner un sens à son activité professionnelle. Coline part alors trois mois en Afrique, dans un dispensaire et rentre en France dans l’idée de reprendre ses études. Le premier confinement retarde son projet et elle se porte volontaire comme  infirmière dans des hôpitaux lyonnais.

C’est à ce moment-là que des amis lui parlent de l’EMD et de son esprit différent d’une école de commerce classique. “J’ai passé le concours pour intégrer l’école en bac+3″, explique-t-elle, heureuse d’avoir fait le choix d’une nouvelle orientation. “A l’EMD j’ai trouvé une école bienveillante, qui nous permet de nous former sainement, de réfléchir éthiquement, et de rencontrer des gens qui partagent les mêmes valeurs, décrit la jeune femme. Bien sûr, c’est une école de commerce, nous avons donc des cours de finance, de marketing ou d’économie. Mais même dans ces matières, on nous donne une vision tournée vers l’envie de servir, vers le Bien commun et cela résonne particulièrement en moi”.

Martin, 22 ans, étudiant à l'EMD

Même impression pour Martin, 22 ans, qui de son côté a fait une licence de philosophie à Paris avant d’intégrer l’EMD en bac+4. Il réalise son alternance cette année dans un organisme de formation : “Je savais en commençant mes études de philo que je ne voulais pas être prof, c’était plutôt une volonté de me former intellectuellement” nous prévient-il.

S’il entend bien se former au commerce et au management, il ne découvre l’EMD qu’à la fin de sa licence. Le souci de l’établissement de vouloir  “former les managers de demain pour qu’ils soient au service du Bien commun” le conforte instantanément dans son choix d’intégrer l’établissement : “Les formations qui y sont dispensées correspondent à mes attentes, assure-t-il. En plus des cours classiques de finance, de comptabilité ou de management, nous avons des cours d’anthropologie, d’éthique, de psychologie. Dans toutes les matières, on nous enseigne vraiment comment se mettre au service de ceux dont nous aurons la responsabilité et comment apprécier  la dimension humaine de l’entreprise.” En somme une formation qui assure non seulement d’être immédiatement opérationnel une fois diplômé mais aussi d’avoir le souci de se mettre service des autres et de la société. 

ALETEIA - ARTICLE PUBLIÉ LE 29/12/2021

Plus d'actualités de l'EMD

Outre-Atlantique, la mode est à la création de nouveaux jobs pour susciter le changement dans l’entreprise. Que nous dit le Chief Philosophy Officer de l’époque ? CHANGER LE LOGICIEL DE L’ENTREPRISE Consommation désabusée, alerte écologique inédite, remise en cause d’une certaine culture du travail… Les entreprises peinent à convaincre les clients (de rester fidèles) et les talents (de les rejoindre). Après la grande « fête » des Trente glorieuses, suivie d’un after musclé d’accélération technologique (qui est aussi une accélération sociale), le fameux « toujours plus » a la gueule de bois. Clients et employés (nous sommes les deux à la fois) partagent une même question : quelle est la finalité […]
La crise sanitaire a mis en avant de nombreux métiers parfois cachés ou ignorés. Les DRH représentent également une profession qui aura été, et redevient, l’un des grands acteurs de la période. Dans ce moment de crise, les DRH gèrent en parallèle trois missions complexes : La première mission consiste à poursuivre un certain nombre de tâches du périmètre RH habituel, mais de manière à la fois revisitée et renforcée. En effet, la paie devient plurielle car s’y ajoutent plusieurs données, notamment celle du chômage partiel. L’enjeu de la gestion des risques psycho-sociaux devient également essentiel quand il était, jusque-là, lié seulement à quelques situations spécifiques.Ainsi, […]
En décembre 2021, l’EMD Business School a obtenu la certification Qualiopi. Cette certification a pour objectif d’attester de la qualité du processus mis en œuvre par les organismes de formation. Son obtention est un gage de sérieux et de qualité de la formation dispensée par ces organismes.
L’école de commerce après l’ICES ? Un parcours plus répandu qu’on ne le croit. En particulier lorsque l'école répond aux critères d'une formation suivie, en alternance et garante d'une véritable éthique du travail. Découvrez le témoignage et le parcours de Thomas Kayser.