Quelle est la différence entre l’alternance et l’apprentissage ?

Apprentissage et alternance sont deux formules éducatives qui allient périodes d’enseignement dans des centres de formation et expérience professionnelle en entreprise. Mais en quoi ces deux systèmes de formation se distinguent-ils ? Que vous soyez en reconversion professionnelle ou en cours d’études, cet article explique les principales différences entre l’apprentissage et l’alternance.

Quelle différence entre alternance et apprentissage ?

Différence entre alternance et apprentissage : une question de structure

L’alternance englobe deux principales formes de formation professionnelle : l’apprentissage et le contrat de professionnalisation. Bien que tous deux permettent de diviser le temps entre enseignement théorique en établissement d’enseignement et expérience pratique en entreprise, ils se distinguent par leur structure et leur orientation.

La formation en alternance se décompose ainsi :

  • Une portion du temps est consacrée aux études dans un établissement académique comme une école de commerce, une université ou un centre de formation, où les élèves acquièrent des connaissances théoriques.
  • L’autre portion du temps se passe en milieu professionnel, où l’élève applique ces connaissances dans un contexte réel de travail.

Les deux principales formes de formation en alternance sont l’apprentissage et le contrat de professionnalisation, chacun ayant ses spécificités que nous explorerons plus en détail. Cette dualité est ce qui définit l’alternance, l’apprentissage étant l’une des modalités de cette formule éducative. Examinons maintenant les spécificités de l’apprentissage comparées au contrat de professionnalisation.

Le contrat d’apprentissage

Après avoir distingué l’apprentissage de l’alternance, explorons plus en détail le contrat d’apprentissage.

Un contrat réservé aux étudiants en formation initiale

La formation initiale est le parcours standard suivi par les étudiants désireux de développer des compétences spécifiques pour un métier précis. Après avoir réussi leurs examens, ils obtiennent un diplôme validant ces compétences. L’apprentissage, accessible aux jeunes de 16 à 29 ans révolus (sauf exceptions), est une modalité de cette formation.

Modalités et durée du contrat

Dans le cadre de l’apprentissage, il existe principalement deux formes de contrats :

  • Le contrat à durée limitée (CDL), qui couvre généralement la période de formation.
  • Le contrat à durée indéterminée (CDI), qui intègre une phase d’apprentissage suivie d’une période de travail à long terme dans l’entreprise.

Pour un CDL, la durée est clairement définie et figure dans un avenant au contrat. Il est important de noter que le volume de formation doit constituer au moins 25 % du temps total prévu par le contrat, assurant ainsi aux apprentis suffisamment de temps pour les études théoriques nécessaires à leur formation.

Les employeurs éligibles

Selon les directives du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion*, les candidats à l’apprentissage peuvent envisager de signer un contrat d’apprentissage avec :

  • des entités du secteur privé, incluant les associations ;
  • des organismes du secteur public non industriel et commercial, y compris les trois fonctions publiques.

Cette variété d’employeurs potentiels offre une large palette d’opportunités pour les apprentis. Cela illustre aussi une distinction claire entre les différents types de contrats d’alternance, notamment le contrat de professionnalisation, qui sera abordé plus loin.

La rémunération

La rémunération pour un apprenti varie en fonction de son âge et de son niveau d’études, oscillant entre 27 % et 100 % du SMIC. Si l’accord de branche ou l’entreprise offre un salaire conventionnel plus élevé, ce dernier prévaut. Un simulateur en ligne* est disponible pour estimer la rémunération applicable. Prochainement, nous détaillerons les spécificités du contrat de professionnalisation.

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation s’adresse principalement à ceux qui cherchent à se requalifier ou à monter en compétence hors du système éducatif traditionnel. Contrairement au contrat d’apprentissage, il vise un public qui peut avoir déjà terminé son parcours scolaire initial.

Un contrat ouvert aux étudiants en formation continue

La formation continue est une excellente option pour ceux qui souhaitent enrichir leur parcours professionnel, changer de carrière, ou simplement mettre à jour leurs compétences. Avec le contrat de professionnalisation, les individus ayant quitté le système éducatif depuis quelque temps peuvent poursuivre une formation qualifiante et obtenir des certifications pertinentes à leur carrière. Ce contrat est particulièrement adapté pour les professionnels en reconversion, offrant une opportunité de financer leur formation qui est souvent plus coûteuse que la formation initiale. Les bénéficiaires potentiels de ce contrat incluent :

  • Les jeunes de 16 à 25 ans révolus désireux de compléter leur formation initiale ;
  • Les demandeurs d’emploi de plus de 26 ans ;
  • Les personnes percevant des aides telles que le Revenu de Solidarité Active (RSA), l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) ou l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH), toutes sans restriction d’âge ;
  • Les individus ayant bénéficié d’un Contrat Unique d’Insertion (CUI).

Modalités et durée du contrat

La flexibilité des contrats de professionnalisation se manifeste à travers les options de durée et les types de contrats disponibles :

  • Contrat à durée déterminée (CDD), qui varie généralement entre 6 et 12 mois mais peut être étendu sous certaines conditions spécifiques ;
  • Contrat à durée indéterminée (CDI), qui intègre une phase de professionnalisation au début de l’emploi.

Le volume de formation doit impérativement atteindre un minimum de 150 heures, représentant de 15 % à 25 % du temps total du contrat, pour assurer une solide base de compétences professionnelles.

Les employeurs éligibles

Les options pour les employeurs désirant embaucher sous contrat de professionnalisation sont vastes, mais plus limitées que pour l’apprentissage. Les candidats peuvent signer un contrat de professionnalisation avec :

Des entreprises du secteur privé assujetties au financement de la formation professionnelle continue ; Des entités comme les entreprises d’armement maritime ou les établissements publics industriels et commerciaux, tels que SNCF ou RATP, qui participent aussi à ce financement. Il est important de noter que les collectivités territoriales, l’État ou les établissements publics à caractère administratif ne peuvent pas être employeurs dans le cadre de ce type de contrat.

La rémunération

La rémunération pour ceux sous contrat de professionnalisation varie selon l’âge et le niveau de formation de l’individu. Elle est comprise entre 55 % et 100 % du SMIC ou doit atteindre au moins 85 % de la rémunération minimum conventionnelle de la branche professionnelle si celle-ci est plus favorable.

Cette introduction détaillée au contrat de professionnalisation distingue clairement ses spécificités par rapport au contrat d’apprentissage et met en lumière les divers avantages qu’il peut offrir en termes de développement professionnel et de reconversion.

Les bénéfices de l’alternance pour les étudiants

L’alternance est une méthode d’apprentissage qui intègre le travail en entreprise à l’enseignement académique, offrant plusieurs avantages significatifs :

  • Application pratique des connaissances : les connaissances acquises en classe sont immédiatement mises en pratique sur le terrain, ce qui renforce l’apprentissage et améliore la compréhension.
  • Accompagnement et sécurité : chaque alternant bénéficie du soutien d’un tuteur à la fois au sein de l’établissement de formation et au sein de l’entreprise, garantissant un environnement d’apprentissage structuré et sécurisé.
  • Rémunération et avantages sociaux : les alternants perçoivent un salaire pendant leur formation et profitent des avantages sociaux courants, tels que les tickets restaurant et les chèques vacances.
  • Droits aux congés : comme tout salarié, les alternants bénéficient de cinq semaines de congés payés par an.
  • Prise en charge des frais de formation : dans le cadre de certains contrats, notamment de professionnalisation, les coûts de la formation sont couverts par l’entreprise, allégeant le fardeau financier pour l’étudiant.
  • Expérience professionnelle valorisée : l’expérience acquise durant l’alternance est un atout majeur sur le CV et lors des entretiens, augmentant ainsi l’employabilité du diplômé, et cela encore plus si la formation en alternance choisie est un titre RNCP reconnu !
  • Attractivité académique : les parcours en alternance sont très appréciés par les recruteurs et peuvent augmenter les chances d’admission dans des formations postérieures, valorisant l’expérience pratique dans un domaine spécifique.

Cependant, malgré ces nombreux bénéfices, l’alternance peut présenter des défis et des inconvénients qu’il est important de considérer.

Les défis de l’alternance : un double engagement

L’alternance, bien que riche d’opportunités, peut présenter des défis notables :

  • Rythme exigeant : la gestion simultanée des responsabilités académiques et professionnelles exige une organisation rigoureuse et peut s’avérer éprouvante. La charge de travail est conséquente, avec des exigences à la fois en entreprise et en formation.
  • Congés limités : avec seulement cinq semaines de congés annuels, les alternants ont moins de repos comparé aux étudiants en parcours traditionnel, ce qui peut impacter leur bien-être et leur équilibre vie professionnelle/vie privée.
  • Contraintes financières pour les entreprises : les employeurs supportent des coûts significatifs pour intégrer des alternants, malgré les aides financières de l’État. Les contrats de professionnalisation peuvent être particulièrement coûteux, rendant parfois les employeurs plus réticents à les offrir par rapport aux contrats d’apprentissage.
  • Accessibilité du contrat de professionnalisation : trouver un employeur peut être plus difficile pour les candidats au contrat de professionnalisation en raison de la moindre incitation financière pour les entreprises, comparativement aux contrats d’apprentissage.

Ces aspects soulignent l’importance d’une préparation minutieuse et d’une sélection judicieuse de l’entreprise d’accueil. L’alternance peut être une expérience enrichissante et transformatrice, pourvu que vous soyez prêt à relever ces défis. Assurez-vous de peser le pour et le contre et de préparer soigneusement votre parcours pour maximiser les avantages de cette formation pratique et immersive.

*Sources :

https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-en-alternance-10751/apprentissage/contrat-apprentissage

https://www.alternance.emploi.gouv.fr/simulateur-employeur/etape-1

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2918

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F15478

Plus d'actualités de l'EMD

«Manager, c’est servir», telle est la devise de l’EMD Business School, une école de management marseillaise qui forme des cadres éthiques et innovants. A partir de la troisième année, les étudiants peuvent apprendre leur futur métier en alternance. Les spécialités proposées en 4ème et 5ème années sont en phase avec les compétences recherchées par les entreprises sur le marché de l’emploi.

Quels sont les salaires dans la communication ?

Le choix d’une formation est étroitement lié à la considération du salaire potentiel dans la future carrière professionnelle. Lors de l’entrée sur le marché du travail, la connaissance de la valeur de sa formation et des rémunérations offertes devient cruciale. Parmi les filières les plus prisées, les études en communication occupent une place prépondérante. Les détenteurs d’un mastère en communication ont accès à une diversité de métiers attractifs et à de nombreuses opportunités. Alors, quelle rémunération peut espérer un jeune diplômé commençant l’un de ces parcours professionnels ? C’est le sujet sur lequel nous allons nous pencher dans cet article. […]

L’EMD, aujourd’hui, est à un tournant. Ses dirigeants fondateurs – les chefs d’entreprises Jacques de Chateauvieux et Xavier Palou – nous ont passé le relais. Cette nouvelle direction arrive dans un contexte de croissance pour l’EMD, qui en 17 ans, a dépassé le cap des 500 étudiants. Elle s’inscrit à la fois dans une continuité et dans une nouvelle dynamique pour affronter de nouveaux défis. Et notamment atteindre le millier d’élèves, dans quelques années.

classement EMD speak and act

C’est au tour de l’EMD d’être notée ! Mention ou rattrapages, découvrez les résultats de la certification Speak & Act et son classement école de commerce et management. L’EMD Business School, école de commerce à Marseille, a été labellisée “Best School Experience” et “Best Employer Experience” en 2023 par Speak & Act, un organisme de labellisation qui certifie les écoles offrant la meilleure expérience aux étudiants et aux recruteurs. Après un questionnaire anonyme et une étude, découvrez les très bons résultats qu’a obtenus l’EMD auprès de ses étudiants et des entreprises qui accueillent des étudiants de l’école. Speak and act […]